Nous sommes le Lun 10 Aoû 2020 17:42


Les barquettes S : récapitulatif

Les barquettes S : récapitulatif

Messagede maseramo » Lun 23 Déc 2013 23:54

Image
200 S

J’aime beaucoup cette « famille nombreuse » des barquettes S. Elles sont les témoins d’une époque,
la seconde moitié des années 50, où Maserati était à la pointe en matière de voitures de course, probablement même, à ce moment là, très légèrement devant la jeune firme voisine et rivale Ferrari.

Image
200 S

Ah les S, leurs puissances et leurs moteurs furent très différents, mais leurs silhouettes toujours splendides de fluidité avec les seuls saute-vent et appuie-tête profilés dépassant de la basse ligne de caisse, avec leurs phares carénés et leur calandre oblongue, caractéristiques que Giorgetto Giugiaro tenait à reprendre en dessinant la 3200 GT de 1998 afin de rappeler l’époque glorieuse de ces Maserati des années 50.

Image
450 S
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8664
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Les barquttes S : récapitulatif

Messagede maseramo » Lun 23 Déc 2013 23:57

Au total, de 1955 à 1959, pas moins de 98 barquettes Maserati S furent construites. Chacun de ces exemplaires peut être désormais considéré comme une œuvre d’art moderne et vaut aujourd’hui une petite fortune avec un « tiquet d’entrée » au club « S » jamais inférieur à 1.5 millions de dollars et des records dépassant les 3 ou 4 millions.


Image
300 S
Les tableaux de bord et postes de conduite sont presque tous similaires

La production des barquettes S fut la suivante :

- 300 S : 27 exemplaires de 1955 à 1959
- 150 S : 25 exemplaires de 1955 à 1957
- 200 S : 28 exemplaires de 1955 à 1957
- 350 S : 03 exemplaires en 1956 et 1957
- 450 S : 11 exemplaires de 1956 à 1958
- 250 S : 04 exemplaires de 1957 à 1959
TOTAL : 98 exemplaires de 1955 à 1959
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8664
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Les barquttes S : récapitulatif

Messagede maseramo » Mar 24 Déc 2013 00:04

Image
250 S
Les châssis furent toujours tubulaires et les carrosseries en aluminium dessinées et façonnées patiemment à la main sur gabarit en bois chez Fantuzzi sauf quelques 200 S dues à Fiandri.

Presque toutes les architectures moteur possibles trouvèrent place dans les barquettes Maserati S :

- des 6 cylindres en ligne dans les 300 S et les deux premières 350 S
- des 4 cylindres en ligne dans les 150 S, 200 S, 250 S
- un V12 dans le troisième exemplaire de 350 S
- des V8 dans les 450 S.

Image
6 en ligne de 300 S


Image
4 en ligne e 200 S


Image
12 en V de 350 S

Image
8 en V de 450 S
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8664
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Les barquttes S : récapitulatif

Messagede maseramo » Mar 24 Déc 2013 00:07

Tous ces moteurs de course étaient à carter sec avec réservoir d’huile à l’arrière de la barquette, à gauche du réservoir d’essence.
Image

La puissance de ces bolides de compétition s’échelonnait de 140 cv (150 S) à 400 cv (450 S) et, leur poids variant de 630 kg (150 S) à 790 kg (450 S), les vitesses de pointe allaient de 230 km/h (150 S) à plus de 300 km/h (450 S).

Les 300 S, les 150 S, les seconde et troisième 350 S et toutes les 450 S bénéficièrent d’une boîte de vitesses accolée au pont arrière et jouirent ainsi d’une idéale répartition des masses et d’un excellent équilibre naturel. Les 200 S et les 250 S eurent, pour la plupart, la boîte de vitesses en avant, accolée au moteur, disposition génératrice d’une petite instabilité à l’extrême limite d’adhérence en virage.
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8664
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Les barquttes S : récapitulatif

Messagede maseramo » Mar 24 Déc 2013 00:12

Quelques éléments stylistiques permettent de distinguer les barquettes S les unes des autres :


300 S : c’est la plus « trapue » de la famille. Son « museau » est le plus souvent assez court et elle a toujours la double ligne superposée d’échappement sur le flanc gauche
Image



150 S : c’est la plus facile à identifier grâce à ses ailes arrière profilées en dérives verticales
Image



200 S et 250 S : elles sont identiques au niveau carrosserie. Leur « museau » est très allongé. Ce sont les plus fines et les plus élancées des barquettes S. Leur échappement gauche est presque toujours du type 4 en 2 en 1 avec une seule sortie finale.
Image
Les 200 SI ont un petit essuie glace sur le saute vent devant le pilote pour satisfaire aux normes internationales (d’où I pour International)
Image
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8664
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Les barquttes S : récapitulatif

Messagede maseramo » Mar 24 Déc 2013 00:17

350 S 6 cylindres : leur carrosserie grande et fine est partagée avec la 350 S V12 et les 450 S. Les 2 lignes d’échappement sont à gauche et superposées jusqu’au bout comme sur les 300 S
Image



350 S V12 : la carrosserie est aussi celle de la 450 S. Il existe un double bosselage sur le capot pour laisser la place aux carburateurs. L’échappement est bilatéral et sort en bas, sous les extracteurs d’air
Image



450 S : même grande carrosserie que les 350 S mais les échappements 4 en 2 en 1 sortent de chaque côté par les extracteurs d’air
Image
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8664
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Les barquttes S : récapitulatif

Messagede maseramo » Mar 24 Déc 2013 00:20

Deux modèles routiers, exemplaires uniques tous les deux, furent extrapolés des Maserati S :

-la 150 GT Spider
-la 450 S berlinette Costen



Image
la 150 GT Spider, dont le châssis était né A6GCS/53, avait porté fin 1954 une carrosserie 300 S expérimentale (003) et fut crée dans sa configuration actuelle routière en 1957

Image
la 450 S berlinette Costen fut la seule de ces Maserati S a avoir été carrossée en coupé (par Zagato sur un dessin de Franck Costen et sur la requête de Stirling Moss) avant de connaître un usage routier « GranTurismo » après quelques modifications mineures effectuées en 1958 (pare-brise d’un seul tenant, vitres latérales)
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8664
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Les barquttes S : récapitulatif

Messagede maseramo » Mar 24 Déc 2013 00:24

Dans la longue lignée des Maserati de course, les barquettes S avaient succédé à la A6GCS/53 qui avait elle-même succédé à la A6G.CS « monofaro »

Image
A6GCS/53


Image
"Monofaro"


Ce seront les Birdcage à moteur avant 60 et 61, puis à moteur arrière 63, 64 et 65 qui prendront la relève des barquettes S

Image
Birdcage 61
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8664
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Les barquttes S : récapitulatif

Messagede maseramo » Mar 24 Déc 2013 00:28

Ces barquettes S sont précieuses dans le patrimoine sportif et culturel Maserati car elles correspondent à une sorte d’âge d’or, un moment de l’histoire où Maserati représentait ce qui se faisait de mieux en matière de technologie … et d’esthétisme ! Il y aura par la suite de très belles œuvres et même des chefs d’œuvres, mais ce temps des barquettes S restera toujours mythique.

Image
200 S

Image
200 S mais avc grille d'extraction de 150 S (il s'agit peut-être d'une rare 200 S carrossée chez Fiandri).
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8664
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Les barquttes S : récapitulatif

Messagede jpCarrera » Mar 24 Déc 2013 20:43

Magnifique reportage photos et explicatifs :D :D :D :D :D :D
C'est un très beau cadeau de Noel....
Mon infime participation.
Une magnifique 450S que j'ai vu il y a 3 semaines ou le nouveau propriétaire à accepter que je prenne quelques photos. ;) ;)
Pour l'historique dans un second épisode..... :roll: :roll: :roll:
Nous avons la une des barquettes la plus aboutie; esthétiquement et mécaniquement.....
Année 1956-58
Moteur 8 cylindres en V à 90°
Alésage 93,8x8 1
Cylindree 4477,9cm3
Taux de compression 9,5:1
Puissance 400CV à 7200 t/mn
Distribution 2 arbres à cames en tête par cylindre
Alimentation atmosphérique avec 4 carburateurs Weber 45IDM
Allumage double magnétos ou distributeurs d'allumage
Lubrification forcée par pompe de refoulement et de récupération
Transmission roues arrières motrices
Embrayage multidiques à sec
Boite de vitesses arrière 5 vit + MA
Châssis treillis tubulaire
Suspension avant roues indépendantes ressorts hélicoidaux et amortisseurs hydrauliques et Arr: pont de Dion ressort à lames
transversal et amortisseurs hydrauliques
Freins à tambour hydraulique
Empattement voies Avant et Arrière mm 2400-1350-1300
Pneus jantes 6.00X16-7,00X16 (6.00X16- 7,00X17)
Poids à vide 790kgs
Vitesse maxi 320km/h
Exemplaires produits 11
L"absence de réglement fait qu'une grande variété de voitures s'affrontent au Championnat Marques même si de toutes parts on affirme que la cylindrée idéale ne devrait pas dépasser trois litres. Cette théorie est démentie de façon éclatante par la Masérati 450S de 4500cm3.
La paternité de cette idée est revendiquée par Gioachino Colombo mais le projet du moteur est de Guido Taddeucci celui de la transmission est de Valerio Colotti, tandis que le châssis à bénificié de la supervision de Giulio Alfiéri.
La tache est ardue car il s'agit d'affronter un problème nouveau pour l'époque, celui d'un moteur huit cylindres en V, et d'en transmettre au sol l'énorme puissance disponible. La voiture naît en 1956 sur un châssis de 350S mais devient opérationnelle en 1957
Elle débute à Buénos Aires elle domine avant d’être contrainte à l'abandon elle gagne à Sébring et en Suède elle abandonne à Caracas elle sort mal en point a la Mille Miglia et aux 24h du Mans ou elle est également alignée en version berlinette réalisée par Zagato sur une dessin de Frank Constin. La berlinette sera vendue l'année suivante après avoir suivi une cure pour la "civiliser".
La 450S sera mise hors jeux par la règlementation qui limite la cylindrée à 3litres à partir de 1958....La 450S aura une vie dense de succès aux USA et en 1959 le V8 démarre une nouvelle histoire en compétitions nautiques....Et une nouvelle histoire..... :P :P :P
Image
Image
Image
Image
Echappement provisoire
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image

Image
Image
"La vitesse n'est ni un signe, ni une preuve, ni une provocation, ni un défi; mais un élan de bonheur"
" Françoise SAGAN "
Avatar de l’utilisateur
jpCarrera
4 cylindres
 
Messages: 487
Inscription: Lun 13 Fév 2012 16:47
Localisation: LYON

Re: Les barquttes S : récapitulatif

Messagede maseramo » Mer 25 Déc 2013 11:03

Formidable JP, je n'en reviens pas que tu aies vu une 450 S ! 11 exemplaires pour toute la planète à 3 millions de dollars pièce au moins, ça ne court pas les rues. Comme pour la 3500 GT que tu as possédé, tu apportes du vécu, génial ! Merci.
Ce ne serait pas celle-ci ? Il me semble reconnaître le tableau de bord
http://www.youtube.com/watch?v=czpDRoy7kWk


J'adore cette photo avec les lames de suspension transversales et le réservoir d'huile :
Image
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8664
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Les barquttes S : récapitulatif

Messagede jpCarrera » Mer 25 Déc 2013 16:58

Effectivement je l'ai côtoyé toute une matinée en la contemplant sans m'en lasser. Elle est superbe et probablement plus belle que lorsqu'elle est sortie des ateliers "FANTUZZI".
Elle appartient à un esthète Helvète et son prix avoisine les 10 MK USD......
Il y a quelques années étudiant fauché et déja passionné de voitures de compétition un petit garagiste Luxembourgeois m'avait proposé en cadeau une barquette Masérati 150S et il me donnait en + une boite de vitesses avec des rapports différents.... Je me rappelle encore ses propos "tiens petit prends le tous tu pourras t'amuser avec cette barquette au Nurburgring"......Elle était blanche dans un piteux état avec de très nombreuses traces suite a des batailles acharnées sur différents circuits. Cette barquette était en fin de carrière; elle avait terminé son parcours dans des sombres courses de cotes.....et remisée dans le fond d'un garage.....abandonnée là.....J'avais déjà du mal a payé mes traites de mon Austin Cooper acheté d'occasion. Je pense avoir été un des 1° clients à obtenir un crédit de 12 mois pour une auto acheté d'occasion....A cette époque j'étais parrainé par un Grand Monsieur "NICOLAS KOOB" avec entre autre 12 participations aux 24h du Mans aux volants de différentes Porsches, quelques participations à Spa Francorchamps sur Alfa GTA et pilotes d'essai chez Alpina avec un autre grand "KELLNERS".
J’étais le petit nanar qui nettoyait le stand, partagé par ma passion et mes études..... Et un jour avec tous se beau monde j'ai gravis le "KLIMANDJARO" à table "JOCHEN RINDT" je crois 1 mois avant son fatal accident à MONZA en 1970.......
Toutes ses personnes que j'ai cotoyé de près ou de loin qui on disparu dans des accidents m'on influencé à choisir la voix de la sagesse et à persévérer dans mes études.....Mais je pense surtout que je n'avais pas l'étoffe d'un pilote de course......

Je reviens vers cette 450S qui à une histoire digne d'un roman d' Ernest Hemingway......
Et je reprends le reportage de "KIDSTON" sur cette 450S chassis "4502" un des premiers châssis construits en 1956....

1956 Maserati 450S Sport Competizione Carrosserie FANTUZZI
Ex Tony Parravano/Jack Brumby/Billy Krause
Peu de voitures de sport de course portent une redoutable réputation de "Tonnerre" si la 450S....
La 450S à été à l'origine conçu pour contester l’hégémonie des coureurs de sport de Ferrari."big bangers"
Le projet a été financé par le cimentier et promoteur sud californien" TONY PARRAVANO" patron et fêtard de l'équipe....
Désireux de gagner les 500 miles d'Indianapolis, Parravano avait commandé 2 moteurs V8, 4,2 destiné à les mettre dans des chassis Kurtiss. Le projet n'ayant pas abouti Masérati a développé une voiture de course autour du moteur qui visait a contester Ferrari dans le championnat du monde de voiture de sport. Le nouveau V8 de 4448cc de 400CV faisait trembler les murs de l'usine.....
Dès sa naissance le budjet avait été largement dépassé. Son coût colossal pour l'époque 500.000 dollars à perturbé le développement de cette magnifique barquette qui avait été développé pour le championnat du monde....de 1957
Suite a un abandon au Venezuela, énervé par la maintenance gargantuesque de cette 450S le pouvoir sportif à modifié la réglementation des cylindrées pour n'accepter que les 3 litres.....et la carrière sportive de cette 450S a été stoppée....
Le financier de cette opération Mr Parravano qui a réceptionné la 1° chassis "4502" fin été 1956. Pour des raisons fiscals à planqué cette barquette au Mexique pour lui éviter la saisie du fisc lors de sa 1° course prévue au Venezuela.....
La dite personne qui avait un empire dans la construction en Californie du Sud avait une aversion avec ses livres de compte.....et donc avec ses impôts.....et aux states on ne plaisante pas avec ses impots par conséquent Tony Parravano a fui au Mexique .....et les impots se sont mis a la recherche de tous les objets exotiques Italiens dont la 450S qui a été retrouvé au Mexique pour payer le passif et l'amende.....
Le paradoxe de cette triste histoire c'est que l'homme qui avait financé se magnifique projet V8 Masérati n'a jamais pu voir ses 450S
exploités......et en colère il revendiquait d'avoir été le plus gros client Masérati.....
La 450S "4502"presque neuve qui a été vendue aux enchères a été achetée pour 3000$ par le Dr Rey Martinez associé à l'hopital de Burbank et Jack Brumby de chez Italian Motors à Hollywood....
Brumbly était un coureur de course amateur qui courait sur Porsche.....
Il s'est très vite rendu compte qu'il n'avait pas les compétences pour conduire un tel tonnerre.....non seulement impossible de se qualifier mais en + la peur viscéral, donc il a cherché un copilote capable de maitriser l'engin....En 1958 à Riverside le pilote Billy Krause a été pressenti il a terminé 2° et au dire de se pilote; Brumby avait peur en conduisant la 450S....Krause à Riverside sur le même circuit quelques mois plus tard termina sur 3 roues suite a l'éclatement du pneu arrière et je pense que la 450S effectua un tonneau mais j'en suis pas certain....
GP de Riverside en Juillet Krause et son copilote Pete Woods ont été intoxiqués par les gaz d'échappement, les mécanos ont découpé
la carrosserie pour améliorer la ventilation....
On reverra la 450S a Santa Barbara avec Krause et Brumby qui a abandonnera avant que l'équipe passe a une plus moderne et agile Masérati Birdcage.....Pour sa dernière course la "4502" réapparu en 1961 piloté par Chuck Kessinger mais s'est avérée complètement dépassé et mis a la retraite....
Ensuite la 4502 a connu différents propriétaires et collectionneurs Joel Finn à New York, un restaurateur Cameron Millar en GB puis le comte Hubertus von Doenhoff en Allemagne qui la fit restaurer par Tony Merrick en GB dans les années 1980.
Durant sa restauration il a été ajouter des ventilations pour les freins et qui a demandé une legère modification du nez par rapport a l'original. Le pare-brise qui prend la largeur de la barquette qui correspond à la réglementation CSIT.
Le propriétaire a choisi une élégante teinte bleu foncé plus tôt que le rouge/Bleu/Blanc/ couleurs de Parravano.....
Toutefois la carrosserie, le moteur matching numbers correspond a une restauration de très haut niveau....
La 4502 a participé a des courses Européenne, Oldtimer GP du Nurburgring, Mille Miglia, elle s'est avérée fiable, rapide. Accompagnée de ses document FIA et dans un état impeccable.
Le chassis "4502" est considéré par les experts et les collectionneurs comme l'un des meilleurs exemplaires existants......

Image
Image
Image
Image
"La vitesse n'est ni un signe, ni une preuve, ni une provocation, ni un défi; mais un élan de bonheur"
" Françoise SAGAN "
Avatar de l’utilisateur
jpCarrera
4 cylindres
 
Messages: 487
Inscription: Lun 13 Fév 2012 16:47
Localisation: LYON

Re: Les barquttes S : récapitulatif

Messagede jpCarrera » Mer 25 Déc 2013 17:32

maseramo a écrit:Formidable JP, je n'en reviens pas que tu aies vu une 450 S ! 11 exemplaires pour toute la planète à 3 millions de dollars pièce au moins, ça ne court pas les rues. Comme pour la 3500 GT que tu as possédé, tu apportes du vécu, génial ! Merci.
Ce ne serait pas celle-ci ? Il me semble reconnaître le tableau de bord
http://www.youtube.com/watch?v=czpDRoy7kWk


J'adore cette photo avec les lames de suspension transversales et le réservoir d'huile :
Image


Comment peut on accepter dans une course avec des autos classiques années 1960 des machines de dernière génération pour ne pas les citer des P.......C'est n'importe quoi une 450S et derrière une Sierra Cosworth!!!!! :roll: :roll: :roll: :roll:
Image
"La vitesse n'est ni un signe, ni une preuve, ni une provocation, ni un défi; mais un élan de bonheur"
" Françoise SAGAN "
Avatar de l’utilisateur
jpCarrera
4 cylindres
 
Messages: 487
Inscription: Lun 13 Fév 2012 16:47
Localisation: LYON

Re: Les barquttes S : récapitulatif

Messagede maseramo » Mer 25 Déc 2013 20:30

Ah la la, JP, quel beau cadeau de Noël tu nous fais là ! C'est une chance pour Maseratitude d'avoir ton témoignage, grand merci pour tout cet historique. Très peu de gens ont pu examiner de près une 450 S, quand à posséder une 150 S, alors là, j'ai la machoire inférieure qui tombe ! C'est exceptionnel ! Elle devait être très vive ?

J'avais vu sur internet une 450 S Parravano mais je n'avais pas fait le lien avec celle de Billy Krause. 10 millions d'euros quand même ! ça fait plaisir de voir que la côte des Maserati de course n'est pas trop loin des Ferrari concurrentes. Le prestige rejaillit sur toutes les Maserati.

Billy Krause en 1958-1959, probablement dans la 450 S que tu as vue :
Image
Image
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8664
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Les barquttes S : récapitulatif

Messagede fab » Jeu 26 Déc 2013 00:25

Ah la la, JP, quel beau cadeau de Noël tu nous fais là ! C'est une chance pour Maseratitude d'avoir ton témoignage, grand merci pour tout cet historique.

+1
Avatar de l’utilisateur
fab
V6
 
Messages: 959
Inscription: Sam 16 Avr 2011 11:53

Re: Les barquttes S : récapitulatif

Messagede jpCarrera » Jeu 26 Déc 2013 00:46

maseramo a écrit:Ah la la, JP, quel beau cadeau de Noël tu nous fais là ! C'est une chance pour Maseratitude d'avoir ton témoignage, grand merci pour tout cet historique. Très peu de gens ont pu examiner de près une 450 S, quand à posséder une 150 S, alors là, j'ai la machoire inférieure qui tombe ! C'est exceptionnel ! Elle devait être très vive ?

J'avais vu sur internet une 450 S Parravano mais je n'avais pas fait le lien avec celle de Billy Krause. 10 millions d'euros quand même ! ça fait plaisir de voir que la côte des Maserati de course n'est pas trop loin des Ferrari concurrentes. Le prestige rejaillit sur toutes les Maserati.

Billy Krause en 1958-1959, probablement dans la 450 S que tu as vue :
Image
Image

Effectivement Billy Krause en action je pense à Riverside, superbes photos de cette 450S. Merci encore pour tes magnifiques reportages.
Un petit rectificatif je n'ai pas accepter le cadeau la Masérati 150S.....Je ne savais pas ou la stocker..... :roll:
Image
"La vitesse n'est ni un signe, ni une preuve, ni une provocation, ni un défi; mais un élan de bonheur"
" Françoise SAGAN "
Avatar de l’utilisateur
jpCarrera
4 cylindres
 
Messages: 487
Inscription: Lun 13 Fév 2012 16:47
Localisation: LYON

Re: Les barquttes S : récapitulatif

Messagede maseramo » Mer 28 Mai 2014 20:35

La belle 450 S bleue ex Billy Krause a remporté le concours d'élégance best of the show à villa d'Este mai 2014 :
Image


Image
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8664
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Les barquttes S : récapitulatif

Messagede maseramo » Mer 28 Mai 2014 20:38

les images sont prises sur Enrico's Maserati pages ou Anamera :

Image

Image
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8664
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Les barquttes S : récapitulatif

Messagede maseramo » Mer 28 Mai 2014 20:39

Image

Image
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8664
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Les barquttes S : récapitulatif

Messagede maseramo » Mer 28 Mai 2014 20:42

Image

Ah le V8 Maserati double-double arbre double allumage !
Image
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8664
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Suivante

Retourner vers Vintages

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités