Nous sommes le Dim 19 Nov 2017 02:14


Rencontre amoureuse avec une Ghibli II

Ici c'est full open...Forum Maserati

Rencontre amoureuse avec une Ghibli II

Messagede maseramo » Dim 15 Jan 2012 00:02

Image

Aldo s'en approcha lentement. La voiture était dissimulée sous une housse bleu nuit qui moulait cependant assez exactement ses formes. Après avoir défait les sandows qui la retenaient, il souleva la protection et la première image qu'il eut de l'auto fut celle de la grille d'extraction d'air chaud sur le capot. On devinait le rouge vif du couvre culasse à travers l'aérateur et le pouls d'Aldo s'accéléra. Faisant glisser la housse vers l'arrière, il découvrit totalement la belle.
Image

C'était la première fois qu'il voyait réellement une Maserati Ghibli II tant ce modèle était rare avec seulement 2303 exemplaires dispersés de part le monde. Jusque là, il ne l'avait connue qu'en photographies et, ainsi qu'il l'avait lu sur divers forums, il concédait qu'en effet elle était bien plus impressionnante en vérité qu'en image. Pourquoi était-elle assez peu photogénique ? A quoi cela était-il dû ? Sans doute au fait qu'il s'agissait d'une évolution d'un dessin antérieur. Marcello Gandini (le "père" des Lamborghini Miura, Countach, Espada, Diablo, de la BMW série 5 de première génération, de la Renault super 5, de la Citroën BX, des Maserati Khamsin, Shamal et Quattroporte II et IV) avait repris en 1991 le dessin de la Maserati biturbo de 1981, initialement dû à son prédécesseur Andreani. Afin d'améliorer l'aérodynamique, il avait abaissé à l'extrême l'avant, remonté très sensiblement la malle arrière, élargi et renflé les ailes pour assurer une meilleure assise, donnant ainsi à sa création une allure un peu bestiale, méchante, une sorte de "muscle car" à l'italienne, fort éloignée de la finesse de la Maserati 3200 GT qui lui succéda en 1999 et pour laquelle on lit facilement en la regardant la pureté première, conceptuelle et intellectuelle du coup de crayon de Giugiaro. La Ghibli II, c'était tout autre chose. Il émanait d'elle une agressivité qui, même à l'arrêt, donnait l'impression qu'elle était en mouvement ou prête à bondir telle un félin aux membres repliés sous lui.
Image

Aldo s'éloigna de quelques pas de la bête qui était tout de même bien belle. Il savait qu'une carrosserie s'appréciait au mieux à quelques mètres. Il tourna autour de la Maserati, s'approchant d'elle sous différents angles, chérissant particulièrement les trois-quarts avant et arrière, s'éloignant de nouveau en marchant à reculons, ne la quittant jamais des yeux. Sa couleur grise métallisée était idéale afin d'appréhender au mieux les galbes voluptueux et percevoir les moindres variations de courbures qui auraient pu passer inaperçues avec une couleur sombre ou trop éclatante. Les multiples prises d'air, les bas de caisse concaves entre les roues, les jantes OZ en magnésium, sobres et larges, accentuaient la touche sportive de l'auto.
Image

Image

Image

Le rehaussement marqué de la malle induisait une lunette arrière assez courte et oblique, au dessin original mais non déplaisant, très efficace sur le plan aérodynamique et accentuant le caractère méchant de l’auto.

Aldo commença à caresser la Ghibli du bout des doigts et très légèrement. L'arrête des ailes, le très discret becquet sur le coffre, les aérateurs en inox sur le capot, le trident en métal sombre sur le volet du réservoir ou celui gravé sur la poignée de la portière, qu'il ouvrit lentement.
Image

Les yeux plissés, en s'interdisant d'apercevoir les détails de l'habitacle, il fléchit les genoux et se laissa glisser sur le siège, très bas. Là, malgré l'envie de profiter du spectacle qui s'offrait à lui, Aldo maintint les paupières closes. Ses autres sens en étaient exacerbés.
Un subtil parfum de vieux cuir l'enveloppa agréablement et en disait long sur la qualité des peaux qui exhalaient encore dans cette voiture de dix-huit ans. Il resta un assez long moment ainsi, à s'imprégner de l'ambiance, à écouter son coeur battre, à percevoir ses poumons se remplir et se vider, l'air les traverser. Jamais il ne se sentait aussi vivant que dans ces moments où, les yeux fermés, aucune image ne venait le distraire et où son esprit était enfin disposé à mesurer le temps, le lieu, son existence même.
Ses doigts glissèrent lentement sur le vernis parfait du volant en bois qui retenait légèrement la peau, la captant pour une meilleure préhension. Il joua sur les crénelures douces et régulières, les abandonnant pour le cuir lisse et souple qui revêtait la casquette du tableau de bord et dont il ressentait, de la pulpe de son index, la fine couture discrètement en relief. Puis la texture changeait vers le centre de la planche de bord revêtue d'alcantara soyeux. Sa main bien à plat percevait la douceur exquise de ce matériau dont il savait, sans la voir, la couleur changer en fonction du sens de la caresse. Puis quelque chose de métallique et de chaud pourtant, un relief mythique trônant au centre de l'habitacle tel une clé de voûte gothique en cette cathédrale : la fameuse montre ovale que l'horloger genevois Lassale confectionna pendant deux décennies, de 1984 à 1998, pour Maserati.
Image

IL SE FAIT TARD ET IL ME MANQUE QELQUES PHOTOS : DODO, LA SUITE DEMAIN
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 6453
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Rencontre amoureuse avec une Ghibli II

Messagede Barth » Dim 15 Jan 2012 00:40

Quelle "ode"!!!

Bravo. ;) ;)
Un piéton est un monsieur qui va chercher sa voiture. (Frédéric Dard)

Actuelles: Biturbo 222 4v (1994) - Biturbo Spyder III 2.8L (1994) - Shamal (1991)
Ex: Biturbo 422 (1991) - Coupé 4200 GT CC (2003)


EMAIL: barth@maseratitude.com
Avatar de l’utilisateur
Barth
Membre du bureau
 
Messages: 3490
Inscription: Mar 8 Fév 2011 13:09
Localisation: Sur les bords du Léman en Helvétie...

Re: Rencontre amoureuse avec une Ghibli II

Messagede maseramo » Dim 15 Jan 2012 10:45

BON, LA SUITE DE MA PETITE HISTOIRE :
Cette fois-ci, Aldo ne sut résister davantage. Il ouvrit les yeux sur le laiton doré de la jolie montre suisse, ravissant sertissage d'un cadrant légèrement oblique vers lui, vers le conducteur, le maître à bord de ce vaisseau baroque et bienveillant, si loin de l'austérité froide de bien des voitures germaniques. La chaleur du bois qui partait de chaque côté de la montre pour ceinturer toute la cabine le réconforta comme seules le font les matières ancestrales et vivantes, celles immuables des meubles de famille.

Image

Image

Le cuir beige et mat s'accordait à merveille aux boiseries luisantes et claires. Les sur tapis de sol, noirs et marqués du trident, répondaient au cuir sombre du moyeu à quatre branches du volant. Où qu'il regardât, pas plus de trois tonalités de couleur, l'harmonie relaxante, la perfection esthétique. Dans cet univers noble et luxueux, la sportivité n'était cependant pas absente : le regard d'Aldo tomba bien face à lui sur l'incontournable manomètre de pression de l'air admis dans le moteur, petite aiguille magique traduisant le travail des deux turbocompresseurs et dont l'envolée vers la zone orange témoignait immanquablement d'une telle poussée vers l'avant qu'un malencontreux chewing-gum dans la bouche du pilote à ce moment précis se retrouverait inexorablement projeté au fond de sa gorge !
Image

De part et d'autre de ce manomètre infernal, six cadrans clairement lisibles renseignaient aisément sur le fonctionnement et le moindre état d'âme de la machine. Un détail pourtant agaça Aldo : il manquait à cette panoplie, par ailleurs complète, le thermomètre de température de l'huile du moteur. Cette indication est assez importante pour une voiture sportive voire même pour toute voiture car l'huile met deux à trois fois plus de temps à chauffer que l'eau de refroidissement du moteur et ne s'élève guère en température au ralenti. Or un honnête homme ne saurait oser tirer la quintessence d'un moteur que si l'huile est chaude et la lubrification parfaite, et non pas dès que l'eau est chaude comme pratiquent les non avertis ou avant même que l'eau ne chauffe comme le font les assassins de mécaniques. Ce défaut de thermomètre d'huile était d'autant plus fâcheux que les contemporaines transalpines de la Ghibli, telle l'Alfa Romeo 155 qu'Aldo affectionnait, en étaient pourvues. Il ne s'en rembrunit cependant pas car il existait un moyen de palier à ce manque : il suffisait de guetter le moment où la pression d'huile au ralenti, maximale à froid à 5 bars, commencerait à baisser vers les 3.5 bars. Cela indiquerait que l'huile deviendrait moins visqueuse et donc chaude. Heureusement la Maserati était équipée du manomètre de pression d'huile mais il serait nécessaire de ramener quelques instants le moteur au ralenti pour en déduire la température d'huile et l'autorisation en toute sécurité "d'envoyer les frites".
Dans les rétroviseurs extérieurs, Aldo apprécia les hanches hautes et larges de son bolide, passages renflés des roues arrière, gages d'une solide accroche. Après cet ultime ravissement des yeux, l'invitation à satisfaire ses autres sens devenait évidente et naturelle. Il tourna la clé de contact, les voyants s'allumèrent, la centrale électrique se mit en tension émettant une note grésillante et la pompe à essence s'actionna, poussant le précieux liquide vers les injecteurs. Il fallut attendre encore cinq secondes qui parurent interminables à Aldo pour démarrer le moteur.
Mettre en route une voiture moderne utilitaire ou une machine à laver la vaisselle relève du même esprit : on appuie sur un bouton, peu de bruit, ça tourne et l'outil sert. Ici, il s'agissait de tout autre chose, d'un rituel presque religieux, de l'éveil d'un fauve. Capter les premières explosions dans les cylindres, tout d'abord irrégulières, puis l'ascension rapide et ample vers les 2000 tours/minute, régime de chauffe optimal assurant une lubrification convenable malgré une huile encore très visqueuse, était parfaitement émouvant. La voiture vibrait en un presque imperceptible déplacement latéral, le volant de bois transmettant parfaitement ces ondes de la vie qui naissait des entrailles de fer et d'alliage, jadis inertes sous le capot. Et cette musique ! Parler d'un bruit eut été péjoratif. Ce son caverneux de voiture de course à forte compression, cette résonance amplifiée par les quatre sorties d'échappement qui fait vibrer la poitrine du pilote, ce régime décroissant au fur et à mesure du réchauffement du moteur pour évoluer vers le glougloutage grave et tranquille d'un baryton mécanique, réveillé instantanément par la moindre sollicitation de la pédale d'accélérateur pour des envolées de ténor !
Mais point de cela pour l'instant. Scrupuleusement, Aldo respectait les consignes propres à toute la génération des biturbo : 2 - 10 - 2 , à savoir 2 minutes de chauffage du moteur à l'arrêt pour l'eau, puis 10 minutes à rouler doucement pour l'huile. Il lui faudra après son " run " , et particulièrement en cas d'utilisation intensive du moteur, attendre 2 minutes au ralenti à l'arrêt afin que les axes des turbocompresseurs, refroidis et lubrifiés par l'eau et l'huile du moteur, voient leur température chuter avant de tout éteindre.
Aldo s'était senti immédiatement à l'aise sur le siège de la Maserati qui épousait bien sa morphologie. Les genoux légèrement plus hauts que le bas du dos, comme dans un baquet de course, les hanches guère éloignées latéralement des rebords marqués du fauteuil, les lombes tenues également, les coudes posés, les mains tombant idéalement sur le volant et le pommeau en bois du levier de vitesses, tout en cette ergonomie sophistiquée contribuait à unir le plus intimement possible l'homme et sa machine tant il est vrai que c'est par le corps et particulièrement par le dos que le pilote perçoit les réactions de sa voiture, les transferts des forces, les limites de l'adhérence au sol.
Mais Aldo n'en était pas encore à flirter avec de telles limites. Pour l'instant, malgré la dureté de la pédale d'embrayage, qui nécessitait un solide quadriceps gauche, et la lenteur de la boîte de vitesse Getrag à froid et à bas régime, il constatait qu'il était tout à fait aisé et somme toute agréable de conduire la Ghibli tranquillement. Même à allure normale, dans le trafic, lors des changements de direction, dans le franchissement des rond-points, Aldo ressentait combien la direction était directe et informative, le châssis précis et équilibré, le plaisir de rouler parfaitement présent. La Ghibli était désormais fin prête. Profitant du ralenti moteur imposé par le respect d'un stop, il avait vérifié que la pression d'huile avait bien baissé. Par ailleurs, les conditions de route et de visibilité se trouvaient réunies et idéales afin de pousser le bolide dans ses retranchements et Aldo ne pouvait plus résister à l'appel du biturbisme.
Quiconque a essayé un jour une Maserati biturbo quelqu'en soit le modèle ou la génération et a pu tester, même comme passager, la poussée ahurissante des deux turbocompresseurs, en garde le souvenir ému sa vie durant. Ce qui faisait la particularité de ses moteurs où les turbocompresseurs soufflaient à haute pression, c'était la brutalité, peut-on même dire la sauvagerie de délivrance de la puissance. Selon l'expérience de l'auteur de ses lignes, l'impression d'accélération dispensée par la Maserati Ghibli II 2.8 litres de 285 cv est franchement plus vive que celle obtenue à bord d'une Ferrari Testarossa 5 litres de 390 cv pour laquelle l'arrivée de la puissance est quasiment linéaire, ce qui est d'ailleurs très efficace en matière de tenue de route. Avec la Maserati, même sur sol sec, il est impensable d'accélérer un tant soit peu trop franchement en virage sous peine de tête à queue immédiat, tandis que sur le mouillé, même en ligne droite, une embardée de plusieurs mètres voire une équerre ne sont pas du tout exclues. En bref, la Maserati Ghibli II est une voiture extrêmement virile, brutale et véritablement dangereuse, à ne pas mettre entre des mains inexpertes et, en commençant à tirer sur les rapports, Aldo en avait pleinement conscience.
Quelle satisfaction cependant quand on savait la dompter, doser subtilement l'accélérateur dans les courbes, ouvrir grand en ligne droite, quelle fougue, quels placages au siège ! La Maserati ne se ressentait que fort peu des G latéraux encaissés et virait bien à plat grâce au réglage électromagnétique du tarage des amortisseurs Koni à l'aide d'un petit bouton près du levier de vitesse. Ainsi, on pouvait faire varier magnétiquement l'orientation de particules de fer disposées dans l'huile des quatre amortisseurs, autorisant un durcissement marqué en conduite rapide. Ce raffinement technique était rare et innovant au début des années 1990. Mais si, grâce à cette sophistication, la Ghibli ne se déhanchait que peu sous l'effet de la force centrifuge, le corps du pilote, lui, percevait fort bien les G latéraux. Cependant il ne ballottait pas et Aldo n'avait pas besoin de se cramponner au volant. Il était tenu, la machine le tenait, fermement. Il n'avait qu'à la diriger des mains et des pieds, elle était devenue son prolongement parfait qui, tour à tour, lui obéissait absolument, dépassait ses espérances, l'éblouissait puis l'avertissait quand il en demandait trop, l'informant des limites en freinage et en adhérence par des débuts de blocages de roues (pas encore d'ABS sur le modèle de 1992) et des amorces de dérapage (pas d'ESP ni d'anti-patinage bien sûr). Avant l'ère des assistances électroniques au pilotage, certaines voitures "téléphonaient" leurs limites au pilote qui savait les comprendre et tempérait alors son optimisme. La Ghibli le faisait très bien, hormis en accélération franche en virage quand déboulait trop soudainement sa tonitruante cavalerie, dépassant les capacités d'adhérence des pneumatiques. Tout était alors entre les mains du pilote et dépendant de sa capacité à contre-braquer et à anticiper l'avalanche d'énergie.
Aldo parvint fort adroitement à maîtriser la situation, usant de toute la finesse dont il était capable. Durant un temps difficile à estimer tant il était dense d'émotions et de concentration, ce fut un état de grâce, l'équilibre parfait, une réelle harmonie. Et que dire des vocalises du moteur en ces moments, des variations infinies de la vibration lors des montées en régime, enrichies des sifflements puissants et des soupirs des turbocompresseurs, tels des cris de plaisir lors d'une étreinte, particulièrement lorsque Aldo relâchait l'accélérateur, jusqu'alors en pleine charge, pour passer le rapport suivant à la volée ou pour décélérer à l'approche d'un virage. Ces véritables râles étaient des plus enthousiasmants et malheureusement cruellement absents dans une auto atmosphérique. La boîte Getrag, si dure et lente à vitesse réduite, devenait diabolique de rapidité et de précision en conduite très sportive.
Malgré toute cette féerie, Aldo ne sombra pas dans l'ivresse mécanique des rugissements et des catapultages successifs. Une sorte de petite alarme se déclencha dans ce qui lui restait de lucidité, un petit clignotant d'alerte : il réduisit le rythme de cette course folle et ressentit presque immédiatement une détente musculaire et un bien-être total. Le fauve assagi, l'auto redevenait confortable une fois diminuée la dureté des amortisseurs. Aldo l'arrêta sur un parking en bord de route, se gardant bien de couper le contact. Il ouvrit le capot. Ah cette odeur de moteur chaud ! Il l'avait toujours appréciée. Il se souvint qu'enfant il aimait à inspirer et humer l'air par la calandre de la voiture de son père, pour goûter ce plaisir. A Proust sa madeleine, à Aldo ce parfum mécanique qui n'avait guère changé en 35 ans, complexe, artificiel et puissant, chaud et vivant. Depuis le compartiment moteur, il accéléra le régime en actionnant le poussoir sur le côté droit du collecteur d'admission : aucun cliquetis, pas de bruit exagéré de distribution. C'est en effet à chaud et capot ouvert que se juge, sur la rumeur émise, l'état des pièces en mouvement, particulièrement les arbres à cames et les soupapes. C'était parfait, seules les explosions étaient clairement audibles sans frottements mécaniques excessifs.

Image


Ce moteur était tout aussi admirable à contempler qu'à écouter et le trajet de l'air d'admission particulièrement complexe sur cette version, l'une des toutes premières de la Ghibli II : l'air frais capté de chaque côté sur le bord des phares était acheminé par deux gros boudins noirs jusqu'au filtre à air central en arrière de la chambre d'admission (ligne orange). De là, l'air filtré empruntait de belles canalisations en inox pour descendre de part et d'autre du V du moteur vers les turbocompresseurs puis avancer vers les échangeurs de température (radiateurs air-air) situés sous les phares. L'air filtré, comprimé et refroidi, donc plus dense en oxygène, donc plus détonant, remontait par une jolie durite en aluminium vers le collecteur central et la chambre d'admission peinte en rouge avec, à sa surface, un trident en relief. Les couvre culasses montraient leur même belle peinture rouge-compétition, laissant se détacher en relief gris-aluminium le nom Maserati doublé des inscriptions V6 4AC 24 signifiant moteur six cylindres en V à 4 arbres à cames en tête et 24 soupapes. Sur la culasse de droite apparaissait de plus la cylindrée : 2800. Les câbles électriques noirs aboutissaient aux bougies de façon visible, charmante et bien plus élégante que sur les versions ultérieures de ce moteur où une barrette métallique noire les cachera ainsi qu'une partie du superbe couvre culasse rouge. Au total, un vraiment très beau moteur, logique, fonctionnel et très accessible contrairement aux rivales Ferrari Mondial et autres Porsche 911.
Image

Plusieurs minutes au ralenti s'étant écoulées, les turbocompresseurs avaient refroidi. Aldo coupa le contact et le moteur s'arrêta net sans le moindre soubresaut, ce qui est toujours un bon indicateur de l'état de la machine.
Le pilote s'étira, heureux de cette aventure mécanique. Il observa la Ghibli II avec tendresse. Elle faisait bien honneur à son nom, ghibli, un vent chaud et tempétueux du désert égyptien, et à sa lointaine aïeule, la Ghibli I de 1966 qui fut considérée en son temps comme la plus belle voiture du monde (dessinée par Giorgetto Giugiaro pour le compte du carrossier Ghia, on la surnommait "la plus belle fille de Neptune"). Si la beauté de la Ghibli II était différente, son charme n'en était pas moins puissant, elle n'en était pas moins désirable et son patronyme nullement usurpé.
Aldo l'aimait. Grâce à elle, il avait caressé le mythe. Il l'avait étreint et possédé à jamais, quoiqu'il dût advenir par la suite.

Il n'est pas du tout dans le but de ces pages de promouvoir les infractions au code de la route, bien au contraire et, aussi étonnant que cela puisse paraître, à 5 km/h près, Aldo ne commit aucun excès de vitesse durant son essai magique. On trouve facilement des routes de montagne où la vitesse est étonnement limitée à 90 km/h alors qu'il est presque impossible d'y dépasser ordinairement le 60 km/h. De courts tronçons rectilignes entre les virages y autorisent, si on dispose d'une auto suffisamment alerte, des accélérations foudroyantes et brèves sans dépasser les fatidiques 90 km/h avant la courbe suivante. Les virages non aveugles ne peuvent en général jamais être pris à plus de 90 km/h et sont donc négociés fort sportivement sans la moindre infraction, les virages aveugles requièrent par contre une extrême prudence, un freinage puissant habilement dosé et souvent une allure très réduite suivie d'une relance fougueuse dès que la visibilité le permet. Avec nuances, adaptation aux conditions, parfaite connaissance des lieux et discernement, sportivité peut très bien rimer avec sécurité et légalité en laissant une marge pour les imprévus. Mais l'idéal reste bien sûr le circuit
quand on peut en disposer.

VOILA, J'ESPERE QUE VOUS AVEZ AIMé. Bon, c'est dimanche matin et, en bon rital (d'origine), vado a messa ! Ciao
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 6453
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Rencontre amoureuse avec une Ghibli II

Messagede Gun » Dim 15 Jan 2012 11:09

je ne peux que m'extasier devant le récit d'Aldo. Le texte fait parfaitement ressortir les sensations et l'émotion que je ressens lorsque moi aussi je deviens Aldo.

J'ai beaucoup aimé la sensibilité qui s'en dégage ainsi que les quelques pointes d'humour bien dosées. Je cite : ...l'autorisation en toute sécurité d'envoyer les frites...

Encore bravo, pour nous avoir fait partager cet épisode sans aucun doute vécu.
Avatar de l’utilisateur
Gun
Administrateur du site
 
Messages: 3282
Inscription: Lun 7 Fév 2011 19:59
Localisation: 91

Re: Rencontre amoureuse avec une Ghibli II

Messagede bielside » Dim 15 Jan 2012 11:37

Aldo continue comme ça et c'est le prix Goncourt.
Tu l'as acheté dans le Var cette voiture non?
Si non, il y avait une 2.8 grise de 92-93 à vendre il y a quelque temps.
Je compte revenir chez Maserati à moyen terme et l'objectif c'est une ghibli 2.8 ça c'est clair.
Si tu cherches un copilote, j'en suis :mrgreen:
Ex Biturbo i
Ex 224
Ex Ghibli II
Ex 222
Ex 424 phase 2
bielside
V6
 
Messages: 736
Inscription: Mer 2 Mar 2011 08:45

Re: Rencontre amoureuse avec une Ghibli II

Messagede ghibli30 » Dim 15 Jan 2012 14:41

Félicitations, je ne crois pas que l'on ait jamais parlé aussi bien de cette merveilleuse voiture qu'est la Ghibli, ni jamais d'aucune voiture d'ailleurs.....
Il est vrai que cette auto est un vrai bijou, Maserati après disons quelques.....errements, a fini par mettre au point ce moteur, et comme toutes les machines qui ont connu des débuts difficiles, les versions abouties sont au sommet.
En effet elle est belle, et l'intérieur sent bon l'Italie, contrairement aux allemandes qui donnent envie de s'acheter un cercueil quand on monte dedans, tellement c'est gai....... :lol:

A bientôt sur les routes,

Patrice
Patrice
Image
Avatar de l’utilisateur
ghibli30
V8
 
Messages: 1148
Inscription: Dim 4 Sep 2011 18:30
Localisation: Nice

Re: Rencontre amoureuse avec une Ghibli II

Messagede gemini » Dim 15 Jan 2012 15:16

Wow, et bien, ça donne envie de retourner au garage se remettre de suite au volant de la belle... :D

La passion est indéniable en tout cas.
“What this button does is it turns carbon dioxide into noise.” J Clarkson
Avatar de l’utilisateur
gemini
V12
 
Messages: 2611
Inscription: Lun 20 Juin 2011 22:01
Localisation: Hainaut, Belgique

Re: Rencontre amoureuse avec une Ghibli II

Messagede maseramo » Dim 15 Jan 2012 15:25

Chers amis, je suis bien content que vous ayez pris du plaisir à la lecture de cette "ode" (bravo pour le mot juste, Barth) à la Ghibli II. Je ne vise pas le Goncourt mais simplement à partager mes impressions, à mettre des mots dessus ... bla bla ... En fait, la passion (et la pression) Maserati (surtout Biturbo) est si forte que c'est irrépressible, incontenable, il faut que ça sorte ! Un wastegate littéraire ! Tant mieux et merci si d'autres apprécient.
Bielside, j'ai acheté cette Ghibli II à Fréjus en sept 2010. Elle était en vente depuis juin environ. Pas trop chère (11000 euros) et fonctionnant bien mais sans historique. J'ai du changer le radiateur de l'huile du différentiel qui fuyait (j'ai eu la pièce chez Candini à Modène, charmant et raisonnable : dans les 250 euros avec livraison) et une des jantes arrière qui n'était pas la même que de l'autre côté et ressortait 1.5 cm de moins ! ( dans les 180 euros par Eurospares) . Pour l'instant c'est tout, je n'ai pas été maseratiboisé ! Maserati fait peur mais c'est bien pire chez BMW il me semble. Bielside, tu es à Toulon je crois. Je suis à St Raphael (1 h ). Si tu veux, tu peux venir essayer ma Ghibli mais je ne suis pas vendeur, désolé. J'aimais bien ta 222 état concours. C'est bien qu'elle reste dans le cercle des Maseratitudistes. Je l'aurais bien vue compléter mon début de collection (être la n°2). En fait, je les voudrais toutes, les biturbos ! Un hangard bien au sec plein de biturbos ! Le rêve. Mais tu sais comme moi que au prix du m2 sur la côte d'azur, c'est dur. Il y a des régions plus favorisées pour celà. La place (c'est plus facile de collectionner les timbres), l'argent (quoique la tienne de 222 était très raisonnable) et le temps ...Alors pour compenser j'écris ...
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 6453
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Rencontre amoureuse avec une Ghibli II

Messagede bielside » Dim 15 Jan 2012 16:48

Oui je l'avais déjà vu.
Pas de problème pour une ballade je suis preneur par contre dans 2 semaines je ne suis plus en France d'où la vente de ma 222. Quand je me poserai (dans 1 an et 1/2) je prendrai une ghibli (sauf apocalypse en 2012, perte du AA+ en ZZZ-, etc).
Ex Biturbo i
Ex 224
Ex Ghibli II
Ex 222
Ex 424 phase 2
bielside
V6
 
Messages: 736
Inscription: Mer 2 Mar 2011 08:45

Re: Rencontre amoureuse avec une Ghibli II

Messagede maseramo » Dim 15 Jan 2012 20:08

Bielside, pour l'essai il ne reste que le week end prochain alors. Je peux me libérer 2 h samedi 21 aprem si tu veux.
Gun, je suis complètement Maseratimbré. J'ai l'impression que la recontre amoureuse de la Ghibli II a été bien perçue alors je me lance à l'eau : j'ai écrit 2 petits livres qui peuvent intéresser ton site. L'un intitulé "Les Maseratistes" racconte des petites histoires courtes de Maseratistes et, à travers eux, de leur Maserati comme celle plus haut. En fait, celle-ci (la Ghibli) est la 1ère du livre. Il y en a une quinzaine, certains personnages étant réels voire historiques, d'autres imaginaires, chacun possédant une ou plusieurs Maserati toute époque confondue. Entre chaque chapitre, 1 page abrite des photos un peu artistique sous l'appellation "Maserattitude" ! Je jure que je n'avais pas eu vent de ton site quand j'avais fait ces pages début 2011. Amusant ! Les photos, très nombreuses, sont piquées à droite ou à gauche sur internet (pas mal à Toubab ou Bielside) et interdisent je crois tout aspect commercial pour ce recueil. Ce sont les plus belles photos de Maserati que j'ai pu trouver à l'époque mais j'avoue que celles que j'ai vues depuis 1 semaine sur Maseratitude sont vraiement plus que sympa. Imprimé, ça fait 150 pages A4 et environ 55000ko sur mémoire.
Le second bouquin s'appelle "La Saga des Maserati Biturbo" et reprend l'histoire de cette famille que j'adore particulièrement. ça fait 180 pages A4 et 50000Ko. Pour des ultra connaisseurs comme le noyau dur de Maseratitude, c'est sans doute un peu léger, vous n'apprendrez rien de plus et vous corrigerez sans doute des détails, mais je crois que ça peut être très interressant pour des nouveaux venus qui commencent à ressentir un penchant pour ces belles filles de Neptune.
Je ne cherche pas de gloriole ni d'argent mais je trouve dommage voire con que tout ça reste à dormir dans la mémoire de mon ordi alors que ça porte tant de passion et, osons le dire, d'amour.
Le problème, c'est qu'il y a des centaines de photos et les poster 1 à 1 sur imageshack , je vais craquer. Gun, est ce que je peux t'envoyer les 2 bouquins sur clé USB par chronopost ou est ce que c'est envoyable par mail ? ( je ne suis pas une flèche en informatique) Tu regarderais si ça vaut le coup de mettre le tout sur Maseratitude et comment le faire. Amitiées
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 6453
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Suivante

Retourner vers OPEN DISCUSSIONS ?

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités