Nous sommes le Sam 24 Aoû 2019 22:54


La Quattroporte III

Re: La Quattroporte III

Messagede maseramo » Sam 4 Juil 2015 22:27

parfois le bois était plus clair :
Image
Une classe folle :
Image

Image

Image
Le chauffeur jouissait du spectacle d’un magistral tableau de bord, lisible et plus complet que complet avec pas moins de huit cadrans à aiguille sur fond bleu sombre comprenant : tachymètre, compte tour, température d'huile, pression d'huile, température d'eau, voltmètre, réservoir d'essence, consommation d'essence.

Image

Image

Image

La boîte manuelle ZF cinq vitesses était moins souvent choisie que l'automatique.
Image
Dernière édition par maseramo le Sam 4 Juil 2015 23:41, édité 1 fois.
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8137
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: La Quattroporte III

Messagede maseramo » Sam 4 Juil 2015 22:30

En 1986 sortit une version spéciale nommée "Royale" du fait de la clientèle visée. Extérieurement, peu de différences avec la Quattroporte III "de base" sinon des bas de caisse latéraux en aluminium et des jantes différentes, plus pleines.
Image

Image

Image

Image
Les photos dynamiques de la Quattroporte III sont toujours très belles
Le moteur de la "Royale" était obligatoirement le 4.9 litres poussé de 290 à 300 cv, la boîte de vitesse automatique était privilégiée mais on pouvait obtenir la mécanique ZF cinq vitesses sur demande, ce qui était exceptionnel dans cette catégorie très haut de gamme.
Dernière édition par maseramo le Sam 4 Juil 2015 23:56, édité 2 fois.
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8137
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: La Quattroporte III

Messagede maseramo » Sam 4 Juil 2015 22:33

La Royale se distinguait surtout par sa finition intérieure sublime.
Image

Image

Image

Toutes les teintes de cuir et de boiseries étaient possibles sur la Royale. La fameuse et élégante horloge ovale dorée Lassale, étrennée sur les Biturbo en 1985, remplaçait avantageusement la montre digitale de la Quattroporte III de base. Un réfrigérateur équipé de gobelets en étain se logeait à l’arrière au-dessus du tunnel central et de beaux écritoires en bois précieux s'ouvraient depuis les portes arrières pour transformer ce salon de grande classe en bureau de luxe.
Image

Image

Image

Image

Image

Bien que démocrate, le président italien Sandro Pertini fut particulièrement sensible aux charmes de la Royale. Quand il rendit visite à Enzo Ferrari à Maranello à bord de sa Maserati Quattroporte Royale blindée et ultra luxueuse, Alejandro De Tomaso dut jubiler !
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8137
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: La Quattroporte III

Messagede maseramo » Sam 4 Juil 2015 22:34

Image
J'aime beaucoup les photos dynamiques de la Quattroporte III
La Quattroporte III, Royale ou pas, savait sur un filet de gaz conserver un train de sénateur exempt de secousses et de transferts de masses inconsidérés. Mais elle pouvait aussi gratifier ses occupants d’accélérations splendides, en repartant d'un péage par exemple, tout à fait dignes de mémorables relances après un Mulsanne ou un Arnage au Mans. Le V8 Maserati se réveillait alors instantanément, montant dans les tours rageusement avec son timbre inimitable, retrouvant là sa vocation première, celle du temps (1957) où il était le meilleur moteur de course du monde. Puis il ronronnait de nouveau tranquillement, emmenant de la façon la plus délicate et confortable qui soit ce salon roulant et ses chers passagers vers leurs destinations quotidiennes. Un cœur sportif dans un écrin de luxe, tout à fait dans la droite ligne de la philosophie Maserati !
Image
On voit bien la forme en pyramide tronquée de l'habitacle
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8137
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: La Quattroporte III

Messagede maseramo » Sam 4 Juil 2015 22:38

La Quattroporte III se vendit assez bien aux USA où la clientèle était habituée aux grandes berlines tricorps assez carrées de ligne :
Image

Image

Avec pas moins de 2155 exemplaires produits (dont 55 Royales) de 1979 à 1990, la Quattroporte III connut un succès certain. Il s'agit d'ailleurs du meilleur succès commercial des Maserati "classiques" V8 parmi lesquelles on note :
- 34 exemplaires de 5000 GT de 1959 à 1966
- 776 exemplaires de Quattroporte I Frua de 1963 à 1969
- 485 exemplaires de Mexico de 1966 à 1972
- 1280 exemplaires de Ghibli I de 1967 à 1972
- 2 exemplaires de Quattroporte II Frua en 1973
- 1104 exemplaires de Indy de 1969 à 1975
- 530 exemplaires de Bora de 1971 à 1978
- 430 exemplaires de Khamsin de 1974 à 1982
- 200 exemplaires de Kyalami de 1976 à 1983

La Quattroporte III fut la dernière Maserati animée par le mythique V8 dérivé de la 450 S et produite de manière artisanale, le dernier des "Monstres Sacrés de la route", en fait. Grâce au démarrage de sa fabrication, en 1979, la production de Maserati passa d’environ 300 à 500 voitures par an.
Image

Image


Mais Alejandro De Tomaso avait une autre idée en tête pour faire passer la vitesse supérieure à sa chère firme Maserati :
Image
Quattroporte III et Biturbo, un air de famille indéniable

Cela sera une autre histoire ...
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8137
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: La Quattroporte III

Messagede GRANSPORT69 » Sam 4 Juil 2015 23:12

Sujet très intéressant et qui tombe au bon moment puisque notre ami Ciscoauto vient d'en acquérir un exemplaire.
Image
Avatar de l’utilisateur
GRANSPORT69
4 cylindres
 
Messages: 440
Inscription: Jeu 9 Mai 2013 22:39

Re: La Quattroporte III

Messagede ciscoauto » Dim 5 Juil 2015 13:38

Merci Maseramo pour ce sujet qui me fait très plaisir :D
J'ai un énorme pavé en préparation... il manque encore pas mal de choses faute de photos et d'avoir pu profité de la belle :oops:
Je met le début sur la conception et le style , je suis un horrible bavard :oops:
Dernière édition par ciscoauto le Dim 5 Juil 2015 13:57, édité 1 fois.
François. Quattroporte III
Avatar de l’utilisateur
ciscoauto
V8
 
Messages: 1293
Inscription: Lun 28 Juil 2014 10:03
Localisation: Munich (Allemagne)

Re: La Quattroporte III

Messagede ciscoauto » Dim 5 Juil 2015 13:56

La genèse
La Quattroporte nait en 1964, c'est la première voiture de production régulière à avoir le V8 en 4.2 d'abord puis 4.7. C'est elle qui va définir un nouveau segment, la berline très rapide et luxueuse. Il y a eu l'éphèmère Lagonda Rapide ou la Facel Vega Excellence auparavant mais elles ne se vendirent presque pas, la Quattroporte connaitra elle un petit succès comme l'a montré Maseramo. Elle inspirera toute une série de berline de caractère, se revendiquant "berline la plus rapide du monde", c'est elle qui en a posé les bases.
Sa carrière s'arrête en 69 après deux versions, la deuxième ayant notamment un intérieur riche en boiserie absolument superbe.
Image
Discrète, relativement sportive et ultra luxueuses à la fois, les Quattroporte sont des voitures à part, plus proche de la grandes GT à quatres portes que d'une berline de luxe.

Entre 1969 et l'arriver à la QP3 plusieurs Maserati à quattre portes ont vu le jour
La Quattroporte par Frua en 1971 tout d'abord, 2 exemplaires, pour l'Aga Khan et le roi d'Espagne.
A mon goût, la plus belle berline jamais faite, V8 de 4.9, hydraulique Citroen, allure sportive et relativement discrète, une classe folle.
viewtopic.php?f=12&t=2202
Les Medici en 74 et 76, de drôles de voitures faites par Giugiaro (Ital Design). De très grandes quattre porte à hayon, ultra luxueuse.
Image
La Quattroporte II par Bertone, qui resta à l'état de pré série.

La Quattroporte III est présentée en 1976, type AM330, c'est la deuxième Maserati de l'air De Tomaso, après la Kyalami et avant la Biturbo. Ere qui, pour moi, est marqué par le pragmatisme. Plus d'hydraulique Citroen, pas d'injection, des solutions simples et éprouvées souvent prises dans une banque de pièce existante, mais aussi des temps de développement raccourcis pour redresser les finances.
La Kyalami est surtout une De Tomaso Longchamp restylée extérieurement par Frua avec le V8 Maserati, les intérieurs sont quasi identiques, la QP III a toujours une base de Longchamp mais rallongée et intérieur comme extérieur n'ont rien à voir.
Présentée en 1976 elle n'est produite qu'à partir de 1979. Est-ce dû à un développement? De Tomaso voulait il une présentation proche de son grand projet de Maserati accessible (la Biturbo)? Je ne sais pas. Le but était apparemment de battre la Mercedes 450 SEL 6.9, voiture qui s'éteindra en même temps que la QP3 commencait sa carrière.
C'est simple, confort, performance, luxe, qualités routières, tout doit être au plus haut niveau sans délaiser l'habitabilité et le côté pratique d'une grande berline classique.

le Style
Là encore l'ère De Tomaso marque une nouvelle page, alors que Ferrari et Lamborghini font dans l'extravagances avec les Countach à spoilers et ailerons et que l'arrivée de la Testarossa est proche, chez Maserati on en prend le contre-pied, fin des grandioses coupés , place à la discrétion et à "l'understatement".
C'est ItalDesign et son patron Giorgetto Giugiaro qui sont mandatés pour le design.
Maserati a souvent fait appel à des designers divers alors que Ferrari était associé à Pininfarina et Lamborghini à Bertone, c'est un peu surprenant de retrouver Giugiaro car il me semble que les relations en De Tomaso et Giugiaro n'étaient pas forcément au beau fixe.

Giugiaro a été élu designer du siècle on lui doit entre autres chefs d'oeuvres
la De Tomaso Mangusta, la Lamborghini Miura (Gandini est ausi crédité, le débat n'est pas tranché :) ) , bien sûr la sublime Ghibli mais aussi des grands succès populaire qui ont été montré en exemple dans leurs catégories comme la Golf ou la Fiat Panda.
Image
https://fr.wikipedia.org/wiki/Giorgetto_Giugiaro

La voiture est dans l'ère du temps, très carrée, on peut lui retrouver des airs de voitures américaines de son temps, peut être pour pouvoir vendre sur le grand marché de l'époque.
C'est assez bien vu car ce sera le cas.


Il est difficile de rendre en photo l'élégance de cette voiture. Trop vite regardée en photo, elle ressemble à de nombreuses voitures carrées de l'époque. En vrai on remarque une voiture basse, longue discrète avec une multitude d'éléments complexes.
C'est une vraie réussite à tel point que De Tomaso demandera au designer maison Andreani d'en reprendre les grandes lignes pour son grand projet: la Biturbo.

Je les détaille ici car quand on prend le temps de s'y intéresser on comprend pouruqoi cette voiture est réellement belle.
les passages de roues asymétriques, on retrouve souvent cela chez les designers italiens (Gandini notamment sur la QP4 ),
Image
Image

La ligne en creux qui allonge le profil en s'ajoutant à la ligne de caisse. Element repris sur la Biturbo. La ligne est cassée à l'avant par le passage de rouge mais pas à l'arrière.
Image

une ligne chromée près des fenêtres, cette ligne mérite un petit coup d'oeil, la ligne ne passe pas en dessous, elle démarre à l'avant de façon fine, fait le tour par le haut et se dédouble à l'arrière. Fine à l'avant, plus épaisse à l'arrière sans passer en dessous, on dynamise ainsi le profil de la voiture.
Image

Sur la partie arrière, des montants épais à l'arrière, un éléments qu'on retrouve souvent pour marquer le côté luxueux, (même chose chez Rolls Royce, les américaines ou les Mercedes S par exemple).
En plus on a un coffre en angle sans tomber dans la fcailité de la ligne horizontale ou verticale.
Image

Les ouvrants: la ligne d'ouverture des portes est en prolongements des lignes définis par le pourtour chromés. A noter aussi, l'avant arrive en pente douce sur le capot
Image
Image

Les échappements bien visible renforce le côté sportif, et font plus "vintage" aussi.

Enfin même si il parait semblable à bien d'autres, le toit a un angle assez marqué, pyramidal, il renforce l'allure sportive de cette voiture. Ca ne se voit pas forcément du premier coup mais en la comparant ca saute aux yeux.
une QP III
https://c1.staticflickr.com/7/6228/6331 ... 384f_b.jpg
une Mercedes S W126
http://homepages.ihug.co.nz/~mattpetersen/front.jpg

Je garde le reste pour une autre fois :)
François. Quattroporte III
Avatar de l’utilisateur
ciscoauto
V8
 
Messages: 1293
Inscription: Lun 28 Juil 2014 10:03
Localisation: Munich (Allemagne)

Re: La Quattroporte III

Messagede idraulico » Dim 5 Juil 2015 14:04

Tout simplement splendide sa me donne envie de m intéresser de plus près a cette beauté
idraulico
V6
 
Messages: 890
Inscription: Lun 16 Mai 2011 05:58

Re: La Quattroporte III

Messagede SMART » Dim 5 Juil 2015 14:33

maseramo a écrit: il fallait absolument renouveler la Quattroporte I dont la production s’était terminée en 1969, mais pas par une SM V6 à quatre portes, surtout après ce que Citroën avait fait à Maserati avec sa mise en liquidation judiciaire en 1975.



Ce n'était pas l'idée de Citroen et sans doute même pas de Peugeot mais plutot une volonté des pouvoirs publics français...

La stratégie de Citroen (qui était très attaché à Maserati et à sa survie) c'était dans un premier temps de confier à Maserati en plus de sa gamme traditionnelle la responsabilité technique de la SM, de ces dérivés et évolutions futures pour lui fournir le complément de chiffre d'affaire nécéssaire à sa survie puis ensuite de developper une gamme de moteurs "haute performance" pour les hauts de gamme Citroen en 4 et 6 cylindres comme le fait aujourd'hui AMG par exemple. ;)
SMART
V6
 
Messages: 725
Inscription: Jeu 3 Nov 2011 09:16

PrécédenteSuivante

Retourner vers Vintages

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 2 invités

cron