Nous sommes le Mar 19 Juin 2018 21:23


La 450 S

La 450 S

Messagede maseramo » Lun 16 Déc 2013 09:05

La 450 S : 11 exemplaires de 1956 à 1958.

Image

Image

« Hi chaps, salut les gars, je suis Carroll Shelby. C’est moi, là, dans la 450 S. Je me suis régalé dans les années 50 avec mes Maserati S. La 300 S, la 200 SI avec un moteur de 250 S, la vraie 250 S …Mais la plus terrible de toutes était la 450 S, avec son allonge phénoménale, presque inépuisable. »

Image
« Les Jaguar, les Aston Martin, les Corvette ne pouvaient pas la suivre. Même les Ferrari, avec leurs V12 qui tournaient trop vite, s’épuisaient. La 450 S poussait, poussait, dépassait les 300 km/h. Il fallait la tenir. On avait tous un peu peur de cette voiture, même Fangio. Seul Jean Behra n’en avait pas peur, mais il n’avait jamais peur de rien ! »
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 7156
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: La 450 S

Messagede maseramo » Lun 16 Déc 2013 09:10

Image
« Ici j’amène la 450 S à la victoire à Riverside en 1957 (ou alors c’est elle qui m’y amène ?). J’en ai gagnées des courses avec la 450 S ! Encore plus quand, en 1958, Maserati m’a envoyé une évolution marine de leur V8 poussé à 5.6 litres et 520 cv … »


Image
« C’était le bon temps, j’ai été très heureux ! »


Image
« Alors ça m’a fait plaisir de revoir la 450 S de ma jeunesse en 2007 au Virginia International Raceway. J’ai laissé ma griffe sur le tableau de bord à deux endroits, j’espère pour très longtemps. Le gars m’a dit que c’était de l’encre indélébile, mais je le crois à moitié … »

Image
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 7156
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: La 450 S

Messagede maseramo » Lun 16 Déc 2013 09:12

Image

Image

Image
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 7156
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: La 450 S

Messagede maseramo » Lun 16 Déc 2013 09:17

Carroll Shelby nous a quitté à 89 ans en 2012. D’où il est, il peut être rassuré, sa trace et son souvenir dans le sport automobile sont absolument indélébiles et ses chères Maserati S y ont aussi contribué, à côté des très fameuses AC Cobra et des Ford Mustang.

La 450 S « Shelby » est magnifique :

Image

Image
La 450 S a la particularité d’avoir un échappement latéral sortant par l’extracteur d’air chaud, et ce de chaque côté.


Image

Image
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 7156
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: La 450 S

Messagede maseramo » Lun 16 Déc 2013 09:22

Image

Image

Comme sur toutes les "S", les détails sont émouvants :
Image

Image

L'ultime génération de freins à tambour avant l'ère des disques :
Image
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 7156
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: La 450 S

Messagede maseramo » Lun 16 Déc 2013 09:25

La tringlerie part vers la boîte arrière, parallèlement à l'arbre de transmission :
Image

Image
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 7156
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: La 450 S

Messagede maseramo » Lun 16 Déc 2013 09:28

La 450 S mérite un livre à elle toute seule, livre qui existe d’ailleurs (Willem Oosthoek et Michel Bollée : « Maserati 450 S, the fastest sport racing car of the 50’s »). Dépassant les 300 km/h, elle était effectivement la plus rapide des voitures de Sport de ces années. Avec ses 400 cv pour 790 kg, elle faisait d’ailleurs peur à beaucoup de pilotes et seuls les meilleurs du moment parvinrent à la dominer. Les plus grands as l’ont conduite (Juan Manuel Fangio, Stirling Moss, Jean Behra, Carroll Shelby), envoutés par sa puissance et par le timbre particulier, rauque et relativement lent, de son V8.


Image
Juan Manuel Fangio au volant de la 450 S lors d’un ravitaillement à Sebring en 1957. Je crois reconnaître Guerino Bertocchi à droite

Image
Toujours à Sebring, le prudent Fangio a une paire de lunette de rechange autour du cou si un de ses verres venait à casser sous l’effet d’un gravillon projeté par un concurrent (c’était fréquent en endurance).
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 7156
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: La 450 S

Messagede maseramo » Lun 16 Déc 2013 09:34

Quand tout marchait bien, la 450 S était quasiment imbattable et caracolait largement devant ses rivales, les Ferrari (290 MM, 315 S, 335 S), les Jaguar type D ou les Aston Martin DBR1. Elle ne fut cependant que vice-championne du monde « Sport » 1957, derrière Ferrari, à cause d’une série de « petites » pannes annexes (freins, embrayage, roue baladeuse, transmissions) ou d’accidents, lesquels pannes ou accidents survenaient toujours alors que la 450 S menait la course. Jamais son moteur V8 ne l’a trahie.


Image
Le moteur V8 de la 450 S est un « monument mythique » du Maseratisme ! D’aucuns le tiennent pour l’un des meilleurs moteurs, voire « le » meilleur moteur de la seconde moitié du XXième siècle. Sa longévité industrielle fut exceptionnelle, 33 ans, égalisant celle du Jaguar XK. Car, né pour la course, ce magnifique V8 connut une très longue carrière « civile » en tourisme, équipant des générations de Maserati de route, jusqu’en 1990 !

Image
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 7156
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: La 450 S

Messagede maseramo » Lun 16 Déc 2013 09:36

Mais revenons à 1956 avec l'histoire de la 450 S qui illustre à merveille le fonctionnement de l'usine Maserati dans les années cinquante. Tout commença par la commande spéciale de 2 moteurs Maserati V 8 de 4.2 litres, commande émanant d'un italo-américano-californien du nom de Tony Parravano qui souhaitait les monter dans des châssis Kurtis Kraft en vue des 500 miles d'Indianapolis.


Image
Tony Parravano, ici en veston devant sa 300 S qui remporta la course de Torrey Pines en 1956 avec Masten Gregory au volant.
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 7156
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: La 450 S

Messagede maseramo » Lun 16 Déc 2013 09:40

Giulio Alfieri et son acolyte Valerio Colotti ressortirent d'un placard le projet d'un V 8 à 90 degrés quatre arbres à cames en tête, initié par Gioacchino Colombo et Vittorio Bellentani dès 1953, mais qui avait été abandonné après la catastrophe survenue aux 24 heures du Mans 1955. Ce furent là les deux tout premiers moteurs V 8 Maserati d'après guerre, mis au point, réglés puis rodés dans une caisse de 300 S, enfin expédiés depuis Modène aux USA et payés 15000 Dollars pièce, plus que le prix d'une Ferrari complète neuve ! Giulio Alfieri obtint l'accord d’Omer Orsi afin de profiter de cette commande et de ce tout nouveau moteur pour développer une barquette Sport en vue de la saison 1957. Le châssis et la boîte 5 vitesses (contre le différentiel) furent signés Colotti, la carrosserie, comme il se doit de Medardo Fantuzzi, reprenait en plus « agressif » les lignes de la 350 S. Le magnifique V8 de la 450 S « cubait » 4.5 litres, avait 4 ACT entraînés par cascade d’engrenage, 2 soupapes et 2 bougies par cylindre, 4 carburateurs Weber 45, La puissance délivrée atteignait 400 cv.

Image
Stirling Moss aux 1000 kilomètres de Buenos Aires
Image

La 450 S, pilotée par Fangio et Moss (les 2 meilleurs pilotes des années 50), faillit remporter sa première course, les 1000 kilomètres de Buenos Aires 1957, qu’elle menait largement lorsque l’embrayage lâcha. Elle connut la victoire aux 12 heures de Sebring 1957 (Fangio et Behra), pulvérisant les records du tour et de la distance totale parcourue. La commande de frein de la 450 S de Moss céda aux Mille Miglia 1957 de triste mémoire (accident fatal de De Portago sur Ferrari), et une roue se détacha aux 1000 kilomètres du Nurburgring la même année alors que Moss était en tête !

Image
Le coupé 450 S Costen au Mans 1957
Image
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 7156
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Suivante

Retourner vers Vintages

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités