Nous sommes le Lun 24 Sep 2018 04:53


Maserati dream

Vos videos...Celles du web...
C'est ici !

Re: Maserati dream

Messagede maseramo » Sam 16 Déc 2017 23:33

C'est Pierangelo Andreani qui dessina avec succès les premières Biturbo, en s'inspirant de la Quattroporte III de Giugiaro afin de garder un esprit de famille. Le charme des Biturbo a toujours parfaitement opéré sur le public. Les Biturbo ont eu un moteur V6 de 2 litres Biturbo 180 cv.
Nous avons ci-dessous une Biturbo S de 1983, première évolution du modèle initial. La Biturbo S se caractérisait par sa peinture noire du bas de caisse, ses jantes sombres (bien avant que cette mode ne se généralise) et surtout les deux prises d’air Naca sur le capot qui alimentaient en air frais les intercoolers air-air.
Image
La Biturbo S équipée des échangeurs air-air et du MABS (Maserati Automatic Boost Control) délivrait 205 cv au lieu de 180 aux premières Biturbo et les accélérations devenaient franchement "inoubliables" pour l'époque (6.4 secondes de 0 à 100 km/h).
La Biturbo S 2 litres a été produite à 1038 exemplaires de 1983 à 1986 (incluant les Biturbo II S de 85 et 86).
Dernière édition par maseramo le Ven 1 Juin 2018 22:11, édité 2 fois.
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 7375
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Maserati dream

Messagede Froggie » Sam 16 Déc 2017 23:35

Merci encore, maseramo.
Passionnant, ce nouveau conte de l'histoire Maserati, on ne s'en lasse pas!
J'ai apprécié les "succès commerciaux" des bolides jusque dans les années 50. Cela nous rappelle aussi que jusqu'à la 3500 GT, donc 1958, Maserati vivait encore principalement des ventes de ses voitures de course...
Cette histoire montre aussi toute la palette des bijoux (associant moteurs, chassis et designs) que Maserati a su produire, grâce à des ingénieurs brillants, des designers talentueux et des dirigeants avisés. Sans oublier la contribution des pilotes pendant les années course.
Pourvu que l'esprit de la bella machina se perpétue!
Avatar de l’utilisateur
Froggie
V8
 
Messages: 1093
Inscription: Jeu 12 Oct 2017 22:50
Localisation: Belgique

Re: Maserati dream

Messagede maseramo » Sam 16 Déc 2017 23:47

Salve Froggie, tu as parfaitement raison : jusqu'en 1958, les rentrées d'argent pour Maserati correspondaient aux ventes de voitures de courses à des gentleman drivers (qui courraient en payant) ou à des écuries comme la Serenissima du Comte Volpi ou la Camoradi de Lloyd Casner. Les ventes de voitures routières représentaient moins de 20 % des rentrées d'argent avant 1958.

Merci pour ton enthousiasme et pour la restauration de ton Indy. Tu participes ainsi au "patrimoine Maserati" :)
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 7375
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Maserati dream

Messagede maseramo » Sam 16 Déc 2017 23:52

Le coupé Biturbo, à partir de 1988, ne se nomma plus Biturbo mais fut gratifié d'une appellation à trois chiffres. Ce fut la 222 qui, présentée au salon de Turin, succédait à la Biturbo Si en reprenant exactement sa mécanique (V6 de 2 litres Biturbo injection échangeurs 220 cv). Le grand designer Marcello Gandini (père des Lamborghini Miura, Countach, Diablo et des Maserati Khamsin puis plus tard Shamal, Ghibli II, Quattroporte IV) a apporté de très subtiles évolutions esthétiques à la carrosserie Andreani : calandre à grillage oblique légèrement arrondie et penchée vers le bas (inspirée de la 228), bords d’attaque du capot un peu arrondi (comme sur la 430), rétroviseurs carénés, mais il eut la sagesse de ne pas du tout toucher à la pureté de la Biturbo initiale. Le spoiler arrière fut repris de la Biturbo Si, la hauteur de l'auto légèrement diminuée à 1.25 m par action sur les suspensions. Les prises d'air Naca disparurent provisoirement.

Image
Nous avons ci-dessus le magnifique coupé 222 de Sergio 222. Cette Biturbo parvenue à maturité est d'une très grande élégance. J'adore !
1156 exemplaires de 222 de 2 litres furent construits de 1988 à 1990.
Dernière édition par maseramo le Ven 1 Juin 2018 22:11, édité 1 fois.
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 7375
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Maserati dream

Messagede maseramo » Sam 16 Déc 2017 23:55

Alejandro De Tomaso comprit qu'il fallait en 1989, au contraire de 1981, élargir la gamme Maserati vers le haut et le prestige, proposer, après la Karif qui n'était qu'une demi supercar, un vrai bolide de rêve afin d'ennoblir encore l'image des Biturbo. Ce fut la Shamal.
De Tomaso demanda au fidèle Marcello Gandini de lui dessiner sa supercar supercompacte mais, Maserati étant sans le sou, Gandini devait tenir un cahier des charges drastique. Le châssis de la Karif devait être strictement conservé, empattement, portes, toit, structure de la carrosserie, empreinte au sol devaient être respectés. Un vrai casse-tête !
Cet artiste a réussi le tour de force de dessiner un véritable monstre d'agressivité, selon moi la plus violente visuellement de toutes les Biturbo, ceci en partant d'un "gentil cabriolet" sage d'aspect. Les ailes étaient gonflées et bodybuildées, les prises d'air foisonnaient, la taille se resserrait au milieu de l'empattement pour respecter la position des portes puis s'hypertrophiait à nouveau largement. La bande noire mate verticale ceinturant le toit, la découpe oblique du passage des roues arrière (clin d'œil à la Lamborghini Countach du début de la carrière du designer), tout était violent, voire choquant. Ce bolide, surtout en noir, c'était le diable avec son trident. Quand on la regarde, même de nos jours 28 ans plus tard, avec son porte-à-faux avant marqué et son empattement court, on dirait qu'elle va bondir d'un coup, tout dévorer. Ses yeux sont petits mais multiples (pas moins de huit vous transpercent).

Image
Elle est méchante cette bête-là, "cattiva, molto cattiva", non pas belle dans le sens classique du terme mais monstrueuse, brute, hypertrophiée. Je pense que sa valeur artistique est réelle mais c'est là de l'art moderne, intellectualisé, conceptualisé. Rien à voir avec la beauté lisse, première, pure, intemporelle et évidente pour tous au premier regard de la 3200 GT, l'ultime Maserati Biturbo due à Giugiaro.
Au contraire, la Shamal de Gandini nécessite, pour l'apprécier, un bagage de connaissances. Il faut être initié pour la reconnaître belle. Un non averti peut très bien être choqué, la trouver difforme (avec ses passages arrières de roues obliques, son porte à faux avant bien long et ses ailes renflées) et la dédaigner. On peut dédaigner Picasso ou Boulez, pas Renoir ou Mozart. La Shamal peut déplaire, pas la 3200 GT. Personnellement, je suis absolument fan des deux ! Chacune dans son genre est géniale d'émotions délivrées.
La Shamal, première Biturbo Maserati V8, revendiquait 3.2 litres de cylindrée, 326 cv à 6000 tr/mn, un couple énorme de 440 Nm à seulement 2800 tr/mn, 270 km/h en vitesse de pointe et un 0 à 100 km/h en 5.5 secondes. 369 exemplaires auraient vu le jour de 1989 à 1995 mais un certain nombre de véhicules non assemblés et vendus pour pièces détachées ont probablement été comptabilisés dans ce chiffre.
Dernière édition par maseramo le Ven 1 Juin 2018 22:11, édité 1 fois.
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 7375
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Maserati dream

Messagede maseramo » Dim 17 Déc 2017 00:07

Le salon de Turin 1984 vit apparaître l'arme de séduction massive des "dragueurs" italiens, la plus "dolce vita" des Biturbos, la Spyder, dessinée par le carrossier milanais Zagato en reprenant là aussi un maximum d'éléments du coupé sur un châssis et un empattement raccourcis de 10 cm. Les places arrière disparaissaient au profit d'un espace de rangement pouvant accueillir deux valises ou un gros chien, souvent témoin des amours naissantes ! Ce joli cabriolet n'était cependant pas là uniquement pour amuser la galerie galante : ses mécaniques furent identiques à celles du coupé et suivirent donc les mêmes évolutions (en carbu 2 litres puis 2.5 litres mais sans intercooler, puis plus tard injection 2 et 2.8 litres en 3 soupapes, puis moteurs 2 litres à 4 soupapes). Seul le moteur 2.8 litres à 4 soupapes par cylindre ne fut jamais installé dans le Spyder. Trois séries se succédèrent. Nous avons ici un Spyder série II de 1990 :

Image

Image
Malgré son empattement réduit et donc forcément générateur d'instabilité, le Spyder disposa de puissances considérables et croissantes (jusqu'à 245 cv) sans poser trop de problèmes de tenue de route. Son châssis court servit même de base à la Karif 2.8 litres de 255 cv puis en 1989 à la très agressive Shamal de 326 cv !

TOTAL PRODUCTION SPYDERS : 3 076 exemplaires de 1984 à 1994
Dernière édition par maseramo le Ven 1 Juin 2018 22:12, édité 1 fois.
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 7375
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Maserati dream

Messagede maseramo » Dim 17 Déc 2017 00:17

Voici le fameux V6-4AC-24 (V6 - 4 arbres à cames en tête - 24 soupapes) apparu en 1988, moteur à quatre soupapes par cylindre, 2 litres, 245 cv à 6200 tr/mn et 302 Nm à 5000 tr/mn :

Image
Belle évolution depuis
le V6 2 litres carbu 180 cv de la Biturbo de 1981
le V6 2 litres carbu intercoolers MABC 205 cv de la Biturbo S de 1983
le V6 2 litres injection intercoolers 220 cv de la Biturbo Si de 1986

Si la culasse V6-4AC-24 sera conservée, tout l'équipage mobile (vilebrequin, bielles et pistons forgés) sera revu sur la Racing de 1990 (285 cv en 2 litres) qui aboutira à 306 cv en 2 litres sur la Ghibli de 1992 puis, évolution ultime, atteindra 330 cv en 2 litres sur les Ghibli Cup et Open cup de 1996. Ce record de rendement de 330 cv pour 2 litres sur une voiture de série ne sera battu que par Mercedes-AMG en 2014 avec leur 4 cylindres 2 litres 360 cv monté sur les classes A AMG.
Dernière édition par maseramo le Ven 1 Juin 2018 22:12, édité 1 fois.
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 7375
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Maserati dream

Messagede maseramo » Dim 17 Déc 2017 09:16

Voici une Ghibli II, ici une GT de" 1996, V6 de 2 litres 306 cv (bielles et pistons forgés issus de la Racing) ou 2.8 litres 285 cv (moins puissant mais plus coupleux) :

Image
La Ghibli II a été produite à 2303 exemplaires de 1992 à 1997.

Tout de même à un moindre degré que la Shamal, la Ghibli II dégageait une assez forte impression d'agressivité, les ailes très renflées étant pour beaucoup dans ce sentiment. L'avant était caréné lisse et abaissé au maximum possible compte tenu de la parenté Biturbo alors que l'arrière intégrait dans la malle, fort relevée, le spoiler des Biturbo S. Le toit n'ayant pas bougé, comme il était stipulé sur le cahier des charges, cela donnait une lunette arrière assez courte en hauteur et oblique, d'un effet optique particulier sans être déplaisant mais d'une efficacité aérodynamique certaine.

Le spoiler étrenné sur la Shamal au bas du pare-brise (cachant les essuie-glace) était conservé. L'ensemble donnait une ligne très modernisée par rapport à la Biturbo (grazie signore Gandini) mais également très travaillée, complexe, fort éloignée d'un libre coup de crayon sur une feuille vierge générant une beauté lisse et pure. En regardant la Ghibli II, on comprenait bien qu'il s'agissait de la reprise musclée d'un dessin antérieur mais cela participait à sa personnalité et à son charme particulier. Comme sur la Shamal, l'original Marcello Gandini avait initialement prévu une découpe oblique des passages de roues arrière. Cela lui fut refusé par Alejandro De Tomaso qui avait économiquement besoin d'un dessin plus consensuel et ne pouvait se permettre de perdre des clients pour ce motif esthétique. Ce fut là l'unique restriction apportée au travail de l'artiste.
Dernière édition par maseramo le Ven 1 Juin 2018 22:12, édité 1 fois.
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 7375
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Maserati dream

Messagede maseramo » Dim 17 Déc 2017 09:35

La Quattroporte IV, due également au crayon inspiré de Marcello Gandini, est une berline raffinée mais discrète et extrêmement dynamique. Elle est mue par les V6 de la Ghibli II (255 km/h avec le 2 litres un peu dégonflé à 285 cv mais plus coupleux ou le 2.8 litres inchangé à 285 cv) ou par le V8 dérivé de celui de la Shamal (avec un nouveau vilebrequin en croix pour moins de vibrations, 3.2 litres 335 cv 270 km/h) :

Image
Après la reprise de Maserati par Ferrari en 1998, la Quattroporte IV reçut l'appellation "Evo" correspondant à des modifications surtout de cosmétique intérieure. 1670 exemplaires de Quattroporte IV furent réalisés de 1994 à 1998 et 1213 exemplaires de Quattroporte IV Evo virent le jour de 1998 à 2001.

Article sur la Quattroporte IV :
viewtopic.php?f=12&t=3185
Dernière édition par maseramo le Ven 1 Juin 2018 22:13, édité 1 fois.
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 7375
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Maserati dream

Messagede maseramo » Dim 17 Déc 2017 09:47

Belle photo de Nono28 avec deux exemplaires de 3200 GT, identifiables au premier coup d’œil grâce aux fameux feux "Boomerang" :

Image
En 1998, Ferrari (présidant aux destinées de Maserati) et en particulier Luca Cordero di Montezzemolo avaient décidé de lancer un nouveau coupé Maserati en priant le grand Giorgetto Giugiaro, le père de tant de merveilles limpides, de "forcer" son talent. Il leur fallait absolument un chef-d’œuvre à ces messieurs de la direction, ils l'eurent en la superbe 3200 GT, la première Maserati née sous la gestion Ferrari, en 1998, et baptisée d’un patronyme rappelant la 3500 GT de 1957 qui avait déjà sauvé, en son temps, les Officine.
Cette 3200 GT était une perle, une merveille d'une très grande pureté esthétique avec ses phares carénés oblongues comme dans les années 50, sa calandre ovale -rappelant les mêmes années de gloire sportive pour Maserati- et ses très fameux feux arrière en boomerang, trouvaille de designer qui fut la source de nombreux commentaires élogieux.
La belle fut motorisée par le V8 Biturbo de 3200 cc issu de la Quattroporte IV mais poussé à 370 cv et autorisant 285 km/h.
La 3200 GT connut un beau succès car 4795 exemplaires furent livrés de 1998 à 2002 dont 259 Assetto Corsa en 2001.
Dernière édition par maseramo le Ven 1 Juin 2018 22:13, édité 1 fois.
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 7375
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

PrécédenteSuivante

Retourner vers Videos

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron